Albino PIERRO tradotto da Madeleine SANTSCHI

Tursi

Da: ‘A Terra d’u Ricorde
(La Terre du Souvenir)

*

S’i campène di Pask
su’ paróue di Crist
ch’è fatt nghiure ‘a morte,
mo sta parlèta frisca di paise
ièttete u banne e dìcite:

«Vinése a què,
v’agghie grapute i porte».

Si les cloches de Pâques
sont paroles du Christ
qui a vaincu la mort,
maintenant ce frais parler du pays
rompt le ban et dit:

«Venez ici,
je vous ai ouvert les portes».

*

Quanne i’ére zinne

Quanne i’ére zinne
agghie stète arrasète int’i cammre,
e a u scure ll’occhicelli
mi pungicàine russi cumigghièti
d’ardigua.

Dicìne nd’u paise
ca m’avìa cichè.

Ma ié nun ci pinzèje. Avìje ‘a ricchia
addù i’èrete u sòue;
sintije ca i uagninèlli
iucàine a trozz, s’arraiàine e ghjine
a cavalle cuntenti supr’u porc;
e po scippàine ll’erve a li iummènte
ca vinìne da fore, e ci facìne
i zampugnèlle.

Quand j’étais petit

Quand j’étais petit
je restais blotti dans le coin des chambres,
et dans l’obscurité les yeux
me brûlaient couverts
d’ortie.

On disait au village
que je serai aveugle.

Moi je n’y pensais pas. J’avais l’oreille
là où se trouvait le soleil;
j’écoutais les gamins
faire des ricochets, se disputer
et chevaucher contents le porc;
puis ils arrachaient l’herbe aux juments
venant de la campagne, et en faisant
des musettes.

*

Prima di parte

‘A notte prima di parte
mi ni nghianèje a lu balcone adàvete,
e allè sintìje i grilli ca cantàine
ammuccèti nd’u nivre d’i muntagne.

Na lucinella ianca com’ ‘a nive
mbianchiàite ll’ìrmici a u cummente,
ma a lu paàzze méje
tutt’i balcuni i’èrene vacanti.

Avant de partir

La nuit avant de partir
je montai au balcon de l’étage,
et là j’entendis les grillons qui chantaient
cachés dans le noir de la montagne.

Une petite lune blanche comme la neige
pâlissait les tuiles du couvent,
mais dans mon palais
tous les balcons étaient vides.

*

Avìje tanne arrivète

Na sera, a nu cristiène
– avìje tanne arrivète –
le uìje trascinè a la Ravatèna.

«Ième – dicije – ième a lu Calvarie,
mo c’éte ‘a luna chiina
ca guàrdete ncantèta i Funtanèlle»,
ma ille nun vuuìte
e ié l’avére dète tante mazze,
mi ci avére arraiète
cum’i cafune mbrièche mmenz’ ‘a chiazze.

Mbàreche si pinzàite
– e uìta sfurre a rire, u puurèlle, –
c’avije ssute pacce;
ma po guardàite citte
sintènne ca nd’ ‘a notte
mi rivigghiàite ‘a luna cchi nu vente
ca trasìte cch’i singhe d’i finestre
e mi purtàite i morti.

Mo i’ére ié ca uìja sfurre a chiage,
e pure si ni feci na carizza
manche ni vose dice ca nisciune
l’è mèi sapute ca po turnèj cuntente
si lle putìa sente
i tocchi d’u rilogge d’u Comune.

J’étais à peine arrivé

Un soir – j’étais à peine arrivé –
que je voulus traîner un pauvre diable
à la Ravatena.

«Allons – lui disais-je – allons au Calvaire,
la pleine lune justement
regarde ensorcelée les Fontanelle»,
mais il ne voulait pas
et je l’aurais frappé
et je me serais battu
comme les ivrognes sur la place.

Peut-être pensait-il
– et il avait envie de rire le pauvre –
que j’étais devenu fou;
puis il me regardait en silence
entendant que la nuit
la lune me révellait avec un vent
qui entrait par les fentes des fenêtres
et m’apportait les morts.

Maintenant c’était moi qui aurais voulu pleurer
et bien que je lui ai fait une caresse
je ne voulus pas lui dire
et personne ne l’a jamais su que je rentrais content
si je pouvais entendre
frapper les coups à l’horloge de la Commune.

*

Mbàrec’accussì

Su’ tanti e tanti’i fochi supr’ ‘a terra,
ma quille ca cchiù mi piàcete
scàttete d’ ‘i sarmènte
e si fè ghianche e russe
nu mumènte:

mbàrec’accussì
stu core méj’ ca sònnete
di si ni i’ d’ ‘u munne
nda nu lamp.

Peut-être ainsi

Ils sont tante et tant les feux sur la terre,
mais celui que je préfère
jaillit des sarments
et devient blanc et rouge
en un instant:

ainsi peut-être
ce coeur mien qui rêve
de quitter le monde
en un éclair.

(Testi tratti da: Albino Pierro, La terre du souvenir (‘A terra d’u ricorde), Préface et traduction de Madeleine Santschi, Milano, All’Insegna del Pesce d’Oro, 1972)

***

Da: Curtelle a lu Sóue
(Couteaux au Soleil)

*

Nda tutte sti grire ittète
– curtelle a lu sóue –
schitte u prime le chiange
cc’amore
nun mi fècete dóue.

Parmi tous ces cris jetés
– couteaux au soleil –
le premier seul je regrette
qui
ne me fit pas de douleur.

*

Schitte d’i cruce

Ci àt’ ‘a i’èsse na cundanne,
si mi ‘nnammore schitte d’i cruce;
eppure,
i’è na cundanna duce:

nda tanta dulore
nu terramote e pó’
nmenz’i pétre u trisore.

De croix seulement

Ce doit être un maléfice
qui veut que je ne m’éprenne que de croix;
cepandant,
c’est une condamnation douce:

parmi tant de douleurs
un séisme et puis
parmi les pierres le trésor.

*

Mègghie

Mègghie nu cafunazze amère
ca si mbriàchete e gghiastèmete
di chi sfunnèrete nu specchie
cchi ci dorme daìnte;

mègghie u sonne pisante di nu ciucce
ca pó’ tutte cuntente
si rivìgghiete e ràgghiete, ‘a matine,
nda n’addore sincire
di terre ca si gràpete:

tutte na vota u chiante arrivintèrete
erve nd’i sciolle
e scattabbotte u grire.

Mieux

Mieux le rustre amer
qui s’enivre et blasphème
que celui qui déforcerait un miroir
pour y dormir;

mieux le sommeil lourd d’un âne
qui ensuite tout content
se lève et brait, au matin,
dans une odeur vraie
de terre qui s’ouvre:

soudain le pleur deviendrait
herbe parmi les ruines
et pavot le cri.

*

Sta fréve

Sta fréve
m’i fè spinnète i capille
e dui piscone i vrazze
na vota scille.

E nun si mòvene i iamme
e si sbaànchete ll’occhie
com’u ianche di nu spìrite
ca crèscete e s’ammunzèllete
nd’u nivre di na iaramme.

Cette fièvre

Cette fièvre
fait rare ce cheveu
et tonnes ces bras
naguère ailés.

Elles ne se meuvent plus ces jambes
et l’oeil s’écarquille
comme le blanc d’un spectre
qui se presse et grandit
dans la nuit du précipice.

*

Nun chiange

Avèr’ ‘a i’èsse pronte
e nun ci sùu,
eppure nun chiange:

si nganne mi sente strinte,
guarde fisse na pétre
e ci trèse daìnte.

Je ne pleure pas

Je devrais être prêt
et ne le suis,
et pourtant ne pleure:

si à la gorge je me sens serré,
je regarde fixe une pierre
pour y entrer.

*

Torne da n’atu munne

Torne da n’atu munne:
accussì le làssete e nun lle chiàngete
‘a terra vruscète, na frunne.

Troppe assèi
ci agghie rumèse allè,
e chi le sàpete si mó’
le ngarre bbóne ‘a strète.

Chi ci si ndrubbichìte nda na chèse
e a picca a picca mòrete nd’u lutte,
sì e no si n’addònete, pó’
quanne gràpete ‘a porte,
ca pure ille ni ièssete
cchiù citte d’u morte.

Je reviens d’un autre monde

Je reviens d’un autre monde:
ainsi la quitte sans regret
la terre brûlée, la feuille.

Trop
je suis demeuré là,
et qui sait si maintenant
je la devine bien la route.

Qui s’enterre dans une maison
et peu à peu meurt dans le deuil,
oui et non s’en aperçoit,
quand il ouvre la porte,
que lui aussi en sort
plus silencieux que le mort.

(Testi tratti da: Albino Pierro, Couteaux au Soleil (Curtelle a lu Sóue), précédés d’une lettre de Gianfranco Contini, traduction et postface de Madeleine Santschi, Milano, All’Insegna del Pesce d’Oro, 1977)

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.