Quaderni di Traduzioni (XLII)

Quaderni di Traduzioni
XLII. Aprile 2018

Yves Bergeret

__________________________
Le trait qui nomme
XI. Contrejour (2010, 2018)

__________________________

2 pensieri riguardo “Quaderni di Traduzioni (XLII)”

  1. Chère Madame, je vous prie de m’excuser de vous répondre en français.

    Oui, cette photo est totalement liée au titre et surtout au texte ici traduit magnifiquement par les deux traducteurs.

    La disposition des lieux m’a empêché de photographier autrement. Il s’agit de l’auvent rocheux où Ogo ban (cf le texte) a été autorisé à s’installer il y a des siècles lors de son arrivée au pied de la montagne de Koyo. Sur le bandeau horizontal de pierre relativement lisse du fond se trouvent ses signes peints, dont un damier reproduit en photo dans le corps de l’article. Mais vous devez imaginer au moins cent cinquante mètres de roche (du grès orange) complètement verticale au dessus ; en dessous à peu près trois cents mètres de pente très raide de petites falaises, de blocs isolés, de terre instable et enfin tout en bas le sable de la plaine du Sahara.
    Imaginez également à droite, à environ trois cents mètres l’énorme cascade de Bonsiri, qui n’est en eau que pendant la saison des pluies, l’hivernage, de juillet et août.
    Imaginez enfin, s’il vous plaît, qu’il n’y a aucun sentier d’accès ; seule une longue et épuisante escalade permet d’accéder à la “grotte d’Ogon ban”.

    Yves Bergeret

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.